Passion Manga Index du Forum
Passion Manga
Tu as une âme d' otaku ? Alors ce forum est fait pour toi. N' attends plus, viens nous rejoindre.
 
Passion Manga Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Rockin' Heaven ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Manga Index du Forum -> Les styles -> Manga & BD
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DD69
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 22 Nov 2014
Messages: 594
Masculin
Point(s): 0
Moyenne de points: 0,00

MessagePosté le: Lun 23 Nov - 20:26 (2015)    Sujet du message: Rockin' Heaven Répondre en citant






Ce manga shojo sortie en 2006 au Japon aux éditions Shueisha par l’auteure Mayu Sakai dont la réputation n’est plus à faire est édité par Panini manga en France en double volume comprenant quatre gros tomes. Cet ouvrage pas comme les autres a tout pour séduire le lectorat. Je vais vous faire un petit tour d’horizon avec une analyse aussi efficace et simple…

SYNOPSIS :

Sawa choisit d’intégrer le lycée Amabane pour une très mauvaise raison : elle adore l’uniforme de cet établissement ! Mais la jeune fille ne tarde pas à déchanter en découvrant qu’à l’origine, Amabane était une école pour garçons. Plongée dans un monde essentiellement masculin, notre héroïne va devoir jouer les coudes.

« Une princesse au milieu de Bad Boys rebelles force l’admiration »

Prenez Sawa au caractère enjoué, dynamique et têtu. Akira, sa copine un brin lunatique puis quelques « garçons rebelles ». Checker le tout et on obtient Rockin’ Heaven. Ce qui va suivre est plutôt étrange. Je ne vais pas par quatre chemins et vous expliquez le pourquoi du comment…
Ce manga a pour originalité dans son ensemble pour le moins surprenant : la construction du scénario, une fille toujours de bonne humeur qui va essayer malgré elle de faire changer / bouger tout ce petit monde au milieu de ces garçons rebelles. Vous en voyez beaucoup de shojo de ce genre ?
Au début de l’histoire, certes cela met en place les personnages principaux ainsi que son contexte, mais au fil du temps, plus on avance plus certains vont se découvrir jusqu’à ce qu’ils découvrent des sentiments réciproque. C’est l’effet shojo.

Une analyse tant décrit de par sa construction

Nous voici enfin le moment venu de vous montrer sa construction dans son aspect total : l’histoire est coupé en plusieurs sections dont : le récit tel qu’on découvre dès la première page, suivi d’une coupure en plein milieu pour une autre relation avec des persos différents, voulu sans doute par l’auteure, histoire de faire une pause entre deux récits. Puis retour là où on s’était arrêté dans les pages précédents. Nous avons le droit par la suite à une espèce de prologue à la fin qui n’a rien à voir avec l’histoire en cours. Ce n’est pas déplaisant dans l’ensemble mais cela peut paraitre un peu brouillon pour le lecteur qui suit leurs aventures pour faire « un pile » avant de reprendre de plus belle. Coté traduction, elle est parfaite, assez fidèle et au plus près de l’œuvre originale. La typographie est très correcte et rend lisible en tout point de vu. Un collage solide de haute volée pour un gros volume sans perte de page détaché. Une couverture sobre bien colorisée sur fond blanc avec quelques couleurs qui se marient bien. L’éditeur marque des points sur plusieurs fronts avec un titre qui mérite une attention toute particulière. Le style très fin comme dans les codes shojo qui se respectent, des longs cils qui rappelle un peu Baby my love ou Kilari Révolution, quelques décors plantés de-ci de-là sans gêné le contenu assez enrichissant. La qualité du papier est assez bonne. Les éditeurs ont très vite compris et ont opté la meilleure solution possible pour avoir du papier fin ou épais de bonne facture pour mieux apprécier l’œuvre à sa juste valeur. Panini a vite compris que pour avoir la marge de vente plus les bénéfices, doivent miser non seulement sur un bon titre mais également de le rendre attrayant. Nul ne doute maintenant que la progression et l’expérience de certains dans ce domaine soient plus flagrantes qu’il y a une dizaine d’année par exemple.

Biographie de l’auteure

Comme dis plus haut, la réputation n’est plus à faire et elle a œuvrée sur plusieurs titres déjà. Mayu Sakai née le 7 janvier à Fussa (Tôkyô) a débuté avec Primal orange pour lequel elle a obtenu un prix spécial. Elle a alors travaillé pour la revue Ribon. Sa série en 2003 Nagatachou Strawberry lui a fait gagner le cœur de nombreux passionnés de manga. En 2005 Peter Pan Syndrome (Le), a lui aussi eu rendez-vous avec le succès. Année 2006 Rockin’ Heaven. Momo la petite diablesse en 2009 et en 2012 Sugar Soldier. Seul l’anime sortit y a un an, du même nom de ce dernier, son rôle s’arrêta en tant qu’auteur.
[Source : Manga-news]

Le mot de la fin

C’est gaie, frais, original avec un bon scénario planté solidement sans que ce soit tourner autour du pot. Petit(e) et grand(e) trouveront leur compte car elle est destinée à tout âge. Mayu Sakai éblouit de son talent et de tout son savoir-faire. La confiance placé entre les deux éditeurs n’est pas anodin et signe avec brio un titre qui sort des sentiers battus qui sentaient un peu le déjà vu à maintes reprises. Retenez bien son nom, peut-être qu’un jour d’autre série de ce même auteure arriveront je l’espère chez nous rapidement.
Revenir en haut
Skype
Publicité






MessagePosté le: Lun 23 Nov - 20:26 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Passion Manga Index du Forum -> Les styles -> Manga & BD Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation


Thème créé par Mister Geo
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com